Bénédiction

l’inauguration de la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs

ND 7 DOULEURS BENEDICTION

C’est avec la participation d’une assemblée nombreuse que fut inaugurée et bénie la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs sise à Steenwerck, rue de l’Hallobeau, à l’occasion de sa complète restauration.

 

La chapelle se situe à un touquet : c’est-à-dire à un carrefour où se rencontrent deux rues, l’une se terminant dans l’autre et formant avec elle un T. La petite route qui démarre ou se termine au pied de la chapelle rejoint la rue des Damoiselles sur Nieppe. Elle ne portait plus de nom.

L’inscription et la statue indiquent que la chapelle est dédiée à la vierge Marie sous le titre de Notre-Dame des Sept-Douleurs. La dévotion à cette compassion de la Vierge a pris naissance en Flandre au 15e siècle ; elle propose une réflexion spirituelle nourrie par la contemplation des grandes douleurs qui jalonnèrent la vie de Marie : la prophétie de Siméon, la fuite en Egypte, la perte de Jésus au Temple, la montée au CaND 7 DOULEURS INTERIEURlvaire, le crucifiement, la descente de croix, la mise au tombeau. Deux autres chapelles steenwerckoises et l’église du hameau de La Croix-du-Bac, sont aussi placées sous cette invocation.

La statue est ancienne. Elle est en bois et sculptée dans quatre morceaux assemblés. Elle est pleine d’expression. Les yeux levés vers le ciel, les bras pendants et les mains serrées, les sept glaives plantés dans la poitrine, lui donne une attitude vraiment endolorie.

Le bâtiment actuel n’est certes pas celui d’origine. Il est sans doute issu d’une reconstruction au 19e siècle et d’une restauration suite à des dégâts lors de la première guerre mondiale. Construit sur le fossé, il est édifié en briques rouges qui avaient été recouvertes d’un enduit de ciment simulant des pierres. A l’intérieur une niche en briques, incluse dans le mur de fond, met bien en valeur la statue.

La restauratiND 7 DOULEURSon qui a permis de redonner à cette chapelle sa physionomie initiale, en faisant réapparaître les briques, a été effectuée par Christian Lallau aidé de Jacques Dufour, membres de l’Association Steenwerckoise des Amis du Patrimoine. La croix en fer forgée a été confectionnée par Edouard Hennion d’Estaires, l’inscription peinte par Bernard Ratez, et la statue restaurée par Delphine Laverrière : trois bénévoles forts précieux. Notre ami Christian Lallau signe ici sa sixième restauration de chapelles en quinze ans. Nos applaudissements nourris vont être le témoignage de notre reconnaissance et de nos félicitations pour le travail accompli.

Source : Monsieur Jean-Louis Decherf